Jean-Marc Delizée : "Redonner du souffle à la politique en faveur des personnes handicapées"



Jean-Marc Delizée : "Redonner du souffle à la politique en faveur des personnes handicapées"
Devenu Secrétaire d'État aux Affaires sociales, en charge de la Personne en situation de handicap, Jean-Marc Delizée nous fait part de ses priorités pour améliorer le quotidien de ses personnes extraordinaires.

Jean-Marc Delizée, en tant que nouveau Secrétaire d’État chargé des Personnes handicapées, quel message souhaiteriez-vous transmettre au secteur ?

Jean-Marc Delizée : Avant toute chose, je voudrais rappeler que la problématique des personnes en situation d’handicap ne m’est pas étrangère.

Député fédéral depuis 1993, je suis sensibilisé depuis longtemps à la question du handicap. J’ai été notamment Président à la Commission Affaires sociales de la Chambre. J’ai été auteur et co-auteur de différentes propositions de loi. Notamment sur le prix du travail et plus récemment sur les conditions de nationalité pour bénéficier des allocations aux personnes handicapées.

Je souhaite donc être la voix du terrain, la voix de ces gens extraordinaires ! Je veux être un facilitateur et ce, de manière active et dans un laps de temps relativement court.

Je veux être la voix qui écoute et puis agit.

En endossant le mandat de Secrétaire d'État aux Affaires sociales, chargé des Personnes handicapées, j'ai l'honneur et le privilège d'être le moteur d'une politique fédérale inclusive en faveur des personnes en situation de handicap que ce gouvernement veut mener avec force.

J’accorde une importance particulière à l’élaboration d’une politique POUR les personnes en situation de handicap, AVEC les personnes handicapées et les associations qui les représentent. Je veux être LEUR REFERENT en toute situation.

Je serai, à cet égard, à l’écoute du secteur et des acteurs de terrain afin de mener une politique en phase avec leurs besoins et leurs préoccupations.


Quelles sont vos priorités ?
L’accessibilité, la mobilité, l’insertion et l’intégration des personnes en situation d’handicap au travail sont prioritaires pour moi. Faciliter les démarches administratives, respecter les délais, favoriser une meilleure écoute, un meilleur accueil et le relais de décisions transparentes et compréhensives … Voilà les résultats que je souhaite obtenir également.

Concrètement ?
Tout le monde sait que nous connaissons une situation budgétaire très difficile … Pour moi, c’est clair, il n’est pas question de faire des économies sur le dos des plus faibles !

Durant ces deux prochaines années et en fonction des budgets qui me sont alloués, je compte m’atteler aux priorités suivantes :

Écoute et partenariat
Avant de prendre des décisions concernant les personnes en situation d’handicap, je les consulterai ou, du moins ceux et celles qui les représentent. Je pense notamment au Conseil supérieur national des personnes handicapées et aux associations concernées.

Transversalité des compétences
Je souhaite améliorer encore le travail de la Conférence interministérielle et sensibiliser chacun des collègues (ministres fédéraux, régionaux et communautaires) aux problématiques des personnes en situation d’handicap.

Information
Il est capital d’informer correctement et simplement les personnes en situation d’handicap sur leurs droits et les procédures à suivre pour les obtenir. Vu l’éparpillement des compétences, ces personnes ou leur entourage ne savent pas toujours où et à qui s’adresser, de quels documents elles ont besoin, etc. De plus, les mesures favorisant leur vie privée et/ou professionnelle ne leur sont pas toujours connues.


Je serai également attentif à :

Réduire le délai de confirmation d’un handicap
À partir du 1er janvier 2010, le délai d’octroi d’une allocation pour handicap ne pourra excéder 6 mois (en sachant qu’il faut 3 mois pour avoir l’information nécessaire du Ministère des Finances!). Concrètement, une personne en situation de handicap devra recevoir, endéans les 6 mois, une réponse de la Direction Générale des Personnes handicapées à sa demande d’obtention d’une allocation. Cette mesure a été liée à l’engagement d’une trentaine de personnes supplémentaires. De même, le traitement des dossiers sera accéléré par l’informatisation progressive des procédures administratives et médicales.
À cet égard, je veillerai à ce que ce délai soit respecté et que soit pris en compte, pour des gens gravement malades, une (éventuelle) réponse prioritaire.

L'intégration
Il s’agit ici du problème le plus important à régler ! Il faut absolument que les personnes en situation d’handicap puissent s’intégrer à la vie sociale. Je pense à l’emploi, où le taux d’occupation des personnes handicapées est un des plus bas d’Europe.

L'accessibilité des services publics
Tous les services publics doivent être accessibles tant physiquement que "comportementalement" aux personnes en situation d’handicap. À cet égard, je ne peux que me réjouir des prochaines inaugurations des gares de Liège (18 septembre 2009) et d’Anvers (25 septembre 2009) qui ont intégré ces composantes.




Lis moi avec webReader

http://www.ps.be/Source/PageContent.aspx?ParentID=884&MenID=19080&EntID=1 http://www.ps.be/Source/PageContent.aspx?ParentID=884&MenID=19080&EntID=1


Nicolas BOSSUS

Jeudi 18 Février 2010
Lu 1298 fois


Notez

Les célébrités parlent du handicap | Accessibilité | Appels à témoins | Assurances | Conférences / Animations | Emploi | Enseignement | Finances | Images / Vidéos | Elections 2014 | Insolite | Institutions / Associations | Judiciaire | Logement | Matériel | Médias | Politique | Religion | Rêves-Handic-Action | Sciences et médecine | Spectacles | Sport | Témoignages | Vie quotidienne